Ed: 07/11/2017

g-b.gif (311 octets)

Antoine JAGU

 Résistant

Pour enrichir la mémoire du passé, nous recherchons des témoignages ou des documents  sur la Résistance en Ille-et-Vilainewrite5.gif (312 octets)

 

         Antoine, Mathurin, Marie JAGU est né à Rennes le 17 juillet 1898.

Lors de la guerre 1914-1918, alors qu’il n’a pas encore 19 ans, il est mobilisé au mois d’avril 1917, au 41e Régiment d’Infanterie, avant d’être affecté au 142e R.I. Il participe aux combats de Champagne durant lesquels il est blessé. On lui décerne alors une citation et une Croix de Guerre.

         Démobilisé avec le grade de sergent, il décide de fonder un foyer et s’installe à Rennes où il exerce la profession de représentant en cuir et chaussures. Il fait du sport et est ailier gauche dans l’équipe de football des Cadets de Bretagne.  

         Le 22 mars 1940, Antoine Jagu est, de nouveau, mobilisé. Afin d’échapper à la captivité, il se réfugie en zone libre avec un groupe de chasseurs à pied. Après la défaite, il est démobilisé à Agen, le 8 septembre 1940 et il revient à Rennes où il souhaite faire quelque chose contre les nazis qui occupent notre pays.

Il est contacté par Alfred Leroux, responsable départemental du Front National qui organise des groupes de résistance dans tout le département. Il intègre le mouvement le 10 avril 1943.

Il apporte son aide aux patriotes poursuivis et aux réfractaires au STO (Service du Travail Obligatoire), en leur procurant de fausses cartes d’identité. Nommé responsable de secteur, il participe à l’organisation de groupes armés et diffuse « Le Pays Gallo », organe de presse clandestin. Il assure le transport de matériel à destination des groupes et transmet à son supérieur des renseignements sur l’activité des unités allemandes stationnées à Rennes. Il prend une part active à l’organisation des réseaux d’évasion des aviateurs alliés abattus sur le sol français. 

Recherché par la Gestapo, il s’éloigne du département au début 1944 et gagne un maquis de Sologne dans le Loir-et-Cher. Là, il participe activement à la lutte contre les occupants. Promu chef de groupe, il fait, à lui seul, 5 prisonniers allemands, au moment de la Libération.  

En octobre 1944, il reçoit la Médaille Militaire et la Croix de Guerre 39/45.

Il revient à Rennes où il devient Conseiller Municipal et il reprend son activité professionnelle.

 Il s’intègre dans les associations d’Anciens Combattants et  devient membre du Comité National des Réfractaires et Maquisards. Il est président du Comité d’Ille-et-Vilaine, administrateur de l’UFAC 35 et membre du Comité de Coordination des Mouvements de la Résistance.  

Malgré sa robuste constitution, sa santé s’est altérée du fait de ses actions pendant les deux guerres et il décède le 26 mars 1967, à 68 ans.  

-         Chevalier du Mérite du Combattant

-         Croix de Combattant Volontaire de la Résistance

-         Médaille de la Résistance

-         Croix d’Honneur du Mérite Franco-Britannique 1940-1944.

-         Croix du Maquisard belge de Liège

-         Chevalier de la Légion d’Honneur.  

Par délibération du conseil municipal du 26 septembre 1969, un Square de Rennes porte son nom. Le Square Antoine Jagu est situé à l’angle du boulevard Chézy à l’ouest et de la rue Jules Guesde au sud. Il est bordé par l’Ille.

                                                Renée Thouanel-Drouilla

D’après une biographie rédigée par Joël David, chargé d’odonymie à la Ville de Rennes et à Rennes Métropole.

 07/11/2017