accueil-mdg1.gif (1380 octets) f2gr15.gif (202 octets)  fgr15.gif (168 octets)    fd15.gif (168 octets) 

Plan du site

Le dernier convoi de Rennes  dit "train de Langeais" 
Pourquoi cet acharnement des Allemands alors qu’ils doivent évacuer le pays ? 

 

"Roger Pétron de Brest, déporté au Struthof, puis à Dachau, se souvient...

"Un matin, à cinq heures, il manquait un détenu à l’appel. Sans doute, dans l’espoir d’une évasion, il s’était caché quelque part..."Sept mille prisonniers se tenaient, rangés, immobiles, sur la place, dans leur mince vêtement rayé, tandis que les recherches se poursuivaient, hargneusement. La neige se mit à tomber. Les SS continuaient à fouiller. Quatre heures et sans doute plus s’étaient écoulées, quand on annonça enfin la découverte du coupable.

"Des concentrationnaires pouvaient tomber morts dans ces longues rangées, recouverts par la neige qui tombait, inlassable. Sans importance. Autour de ces milliers de silhouettes, pas une trace de pas. A se demander comment elles s’étaient alignées là.

"Il manquait un détenu et toute la vie du camp s’arrêtait. L’industrie de guerre allemande, organisée, méticuleuse, exigeant d’ultimes efforts ne comptait plus, pas de départ de Kommandos pour les usines : il fallait récupérer le fuyard."

"Et Roger Pétron de faire ce rapprochement :

"Les convois de prisonniers que, dans l’été 1944, les Allemands faisaient, après cent détours et périls, sortir de France, prenaient à l’armée locomotives et wagons, matériel dont elle avait le plus urgent besoin pour acheminer ses renforts vers le front, au milieu d’un trafic perturbé par les mitraillages, bombardements et sabotages. A l’Est, où, plus tard, soldats en déroute et populations apeurées fuyaient devant l’armée rouge, on manquait de transports et de tout, en Allemagne... Mais, priorité à la déportation ! Des trains de la mort "évacuaient" les camps de concentration de France." Incompréhensible."

Je crois que, seule, la "haine aveugle" pourrait nous expliquer cela.

Des usines s’arrêtent parce qu’il manque un prisonnier à l’appel et, pendant les recherches, combien vont mourir dans ces rangées figées par le froid et l’épuisement ?

Des colonnes allemandes sont en fuite sur les routes, nombre de soldats doivent se déplacer à pied ou à bicyclette. A côté passent des trains qui vont dans la même direction, mais on préfère y convoyer des milliers de civils composés, pour la plupart, de Résistants.

Quand les Anglais ont démoli le tunnel de Nanteuil-Sacy, le 15 août 44, les Allemands ont conduit les prisonniers à trois kilomètres plus loin et fait descendre d'un train  qui se trouvait là, des femmes allemandes qui fuyaient,  pour les embarquer  .

Les Anglais, qui savaient qu’il y avait dans ces wagons l’élite de la Résistance, ont démoli le tunnel de Nanteuil-Sacy. Les Allemands nous ont évacués les uns par Nanteuil, les autres par Sacy et les derniers  par-dessus le tunnel. Après trois kilomètres ils sont arrivés de l'autre côté. Il y avait là un train de femmes allemandes qui fuyaient. On les a fait descendre pour les mettre dedans"5.

C’est exactement le cas dans les départs de Rennes.

Jusqu’où peut-on aller dans l’"extrême" ?

En ce qui concerne les derniers convois, les explications n’ont pas été données.

En faisant le total des "déportés de la dernière heure", cela fait du monde et pas les plus mauvais Français!

 

Sources

1

Dossier de Louis Provostic

 

         

      f2gr15.gif (202 octets)  fgr15.gif (168 octets)  fd15.gif (168 octets)      Derniers convois 

Plan du site  | Liste de déportés  | Liste de femmes déportées

  accueil-mdg1.gif (1380 octets)

30/01/2013